Wealthsimple est un tout nouveau genre de service de placement. Ce billet est le plus récent de notre série Chère Mme Bienséance dans laquelle notre chroniqueuse démêle ce qui se passe lorsque l’humain rencontre l’argent.

Chère Mme Bienséance,

Ma vieille bagnole ayant rendu l’âme, j’ai naturellement demandé à mes parents de m’aider à en acheter une nouvelle. Mais aussitôt fait, je me suis demandé : quand serai-je trop vieux pour faire ça?

Ma réponse en un mot : maintenant.

Oui, c’est un peu radical, mais une partie de moi croit que si vous avez plus de 18 ans, vous êtes techniquement trop vieux pour être un parasite. Bien sûr, une autre partie de moi n’a pas arrêté de s’approvisionner dans le portefeuille de son père jusqu’à ce que je sois dans la mi-trentaine. Mais faites ce que je dis, pas ce que je fais! C’est moi qui écris cette chronique après tout.

Laissez vos parents vous offrir l’indépendance

Avant de parler de votre auto, laissez-moi vous faire un peu la morale. Je crois en l’autonomie plus qu’en tout autre chose. Je crois aux concepts de vivre selon nos moyens, de s’établir des objectifs et de se gâter lorsqu’on l’a mérité. Je crois qu’il ne faut jamais se priver de la joie de manger des nouilles ramen payées soi-même, plutôt qu’un sashimi de luxe payé avec l’argent de quelqu’un d’autre. Et vous faire manger ces nouilles ramen est un cadeau que vos parents devraient vous donner le plus tôt possible.

« Si mes parents me donnent de l’argent chaque fois que je leur en demande, quelle sera ma motivation pour arrêter? Si c’était toujours comme ça, je ne pense pas que les enfants arrêteraient », affirme William Dobbins, un conseiller financier de la Nouvelle-Angleterre à qui j’ai parlé récemment. « Je crois qu’il est vraiment important que les parents inculquent tôt à leurs enfants le sens de la responsabilité financière et la valeur de l’argent. »

Le plus tôt vous avez une petite panique liée à l’argent, le mieux c’est

Si vos parents font leur travail, ils vous laisseront avoir ce que Chris Cobb appelle une « épiphanie financière ». Ce conseiller financier de New York surnomme ainsi ce moment où l’on réalise qu’on ne vit pas selon nos moyens et qu’il faut réévaluer notre situation.

« Mon père a eu la sienne à 52 ans. J’ai eu la mienne à 26 ans, raconte Chris. C’est quand j’ai réalisé que j’avais une effrayante dette de crédit que j’ai tout changé. Rembourser toutes mes dettes et finalement me retrouver à zéro a été un énorme accomplissement. Je me suis alors juré de ne jamais me retrouver dans cette position à nouveau et j’ai commencé à épargner. »

Il y a quand même des exceptions à la règle

Il peut y avoir de bonnes raisons de prononcer un arrêt temporaire de la clause de non-quémandage : l’université, une mise de fonds pour votre première maison ou de grosses urgences imprévues. Ou si vous n’avez pas de travail. Je crois qu’il est permis d’emprunter un montant d’argent raisonnable à vos parents tandis que vous cherchez un emploi. C’est un investissement, en quelque sorte.

Mais il y a tout de même des règles. Vous pouvez demander un prêt pour une mise de fonds, mais pas pour rembourser votre hypothèque : ce ne serait pas digne d’une personne financièrement autonome! Et dans le cas où vous n’avez pas de travail, selon moi, vous renoncez à votre droit à cet argent si vous ne répondez pas aux critères suivants :

  1. Vous avez une idée assez précise de ce que vous voulez faire et vous faites ce qu’il faut pour y arriver (vous envoyez des CV, vous faites des appels) chaque jour.
  2. Vous avez une date limite claire et vous cherchez un emploi réaliste. Vous ne pouvez pas continuer d’emprunter de l’argent en attendant que le poste d’entraîneur-chef de L’Impact de Montréal, pour lequel vous n’êtes absolument pas qualifié, se libère. Si vous n’avez pas trouvé votre emploi de rêve dans un laps de temps déterminé, il est temps de trouver un travail moins satisfaisant, qui vous donne le temps de chercher un poste qui vous convient davantage.

Vous quémandez à vos parents, oubliez le toit ouvrant

De retour à la question de départ : pourquoi avez-vous besoin de l’argent de vos parents pour acheter une nouvelle voiture? Est-ce parce que vous voulez une auto trop chère pour vos moyens? Je vous répondrais que ce n’est pas une bonne raison. Vous ne devriez jamais emprunter de l’argent à vos parents simplement parce que vous voulez une vie plus luxueuse. Achetez plutôt une auto usagée (c’est comme la ramen du domaine automobile).

Cela nous amène à la règle la plus importante. Vous ne pouvez pas emprunter de l’argent à vos parents parce que vous voulez acheter des choses plus cool. Si vous avez un travail et un salaire correct, et que vous empruntez encore une portion significative de vos revenus à vos parents, il se pourrait que vous viviez au-dessus de vos moyens.

Mais il y a des solutions à ce mal moderne. Peut-être devriez-vous vivre dans un plus petit appartement. Avez-vous vraiment besoin d’un portier, d’un gym, ou simplement de ne pas vivre avec sept colocataires? (Personnellement, je préfèrerais avoir des colocs qu’un style de vie que je ne peux soutenir.) Oui, c’est agréable de sortir au resto trois fois par semaine. Acquérir de la maturité aussi, c’est agréable.

Vous voulez être heureux? Vous habituer à vivre selon vos moyens apaisera le désir persistant de posséder toujours plus.

Non, ce n’est pas la faute de vos parents

Ce serait bien pratique, mais non, vous ne pouvez pas blâmer vos parents. S’ils ont fait l’erreur de ne rien vous refuser, il n’en tient qu’à vous de vous regarder dans le miroir et de dire non vous-même.

« Un instant! Ça n’a jamais semblé les déranger de me prêter de l’argent! pensez-vous peut-être. Ça leur fait même plaisir. Mêlez-vous de vos affaires! » C’est le moment de briser toutes vos illusions : à moins que vous ne soyez un Kardashian ou un Vanderbilt, les moyens de vos parents sont limités. Donc si vous drainez leurs économies, vous en paierez aussi les conséquences. Vous n’aimerez ni la culpabilité d’avoir pigé dans leur compte comme si l’argent poussait dans les arbres, ni le fait que la seule maison de retraite qu’ils pourront se permettre sera chez vous. « Un jour, leurs ressources seront épuisées. Que ferez-vous? demande William Dobbins. J’ai des clients à qui c’est arrivé, et c’est très triste. »

Compris? Maintenant, transmettez cela à la prochaine génération

« Encouragez vos enfants à mettre de côté 25 sous pour chaque dollar qu’ils reçoivent, suggère Dobbins. Ma nièce le faisait avec tout ce qu’elle recevait, des cadeaux dans les cartes d’anniversaire à son salaire de gardienne d’enfants, en passant par ses paies d’emplois étudiants. Le jour où elle a obtenu son diplôme, elle avait assez économisé pour faire une mise de fonds sur sa première maison sans avoir à demander un sous à ses parents. »

Même si vos enfants ne sont pas aussi disciplinés que la nièce de William Dobbins, vous pouvez néanmoins être ferme sur vos prêts. «Si je prêtais de l’argent à mes enfants après l’université, j’ajouterais probablement des intérêts, affirme Chris Cobb. Évidemment, je leur rendrais les intérêts, mais je le ferais pour les responsabiliser. »

Et si cela vous semble un peu sévère, je vous répondrais : tant mieux.

Avec Wealthsimple, l’investissement devient simple et abordable.


Partager cet article